Discours de Jean Castex: La première urgence sera les jeunes

Au lendemain de l’entretien présidentiel, le Premier ministre Jean Castex a prononcé mercredi sa déclaration de politique générale devant l’Assemblée nationale.

le Premier ministre s’est érigé en “maire de la Nation”, revendiquant une action pragmatique et l’association des élus locaux au plan de relance du pays et à la nouvelle “croissance écologique”. Davantage que la décentralisation, Jean Castex a promis la différenciation territoriale et un Etat déconcentré davantage présent. Sans oublier une justice qu’il souhaite de proximité et du quotidien, comme la sécurité.

Courrier des maires

«Notre première ambition» sera de «réconcilier ces France si différentes, les souder ou les ressouder», a-t-il affirmé. «La première urgence» sera les jeunes,a-t-il encore déclaré, annonçant qu’un plan jeunesse «sera discuté vendredi avec les partenaires sociaux». A l’issue de son discours, l’Assemblée lui a accordé une large confiance avec 345 voix pour, 177 contre et 43 abstentions.

Dans sa déclaration de politique générale, Jean Castex a insisté sur sa volonté de «ressouder» la France ébranlée par la crise du coronavirus. Il fera tous les deux mois un point sur le plan de relance économique. En une heure de discours, le Premier ministre a annoncé quelques mesures :

– La lutte contre le chômage et la préservation de l’emploi seront «la priorité absolue du gouvernement pour les dix-huit prochains mois». Notamment «avec un dispositif exceptionnel de réduction du coût du travail, à hauteur de 4000 euros par an, pour les jeunes de moins de 25 ans, jusqu’à 1,6 smic, dans toutes les entreprises et pour une durée d’au moins un an».

– Dans le cadre du plan de relance, son gouvernement «proposera de mobiliser plus de 20 milliards d’euros» pour l’écologie et 40 milliards d’euros à la reconstruction de l’industrie. «Dans tous les territoires» devra être élaboré un «contrat de développement écologique» où tout sera chiffré et évalué.

– L’Etat investira 6 milliards d’euros supplémentaires dans le système de santé, venant s’ajouter aux 13 milliards d’euros de reprise de la dette hospitalière d’ores et déjà prévue par le gouvernement.

– Toutes les créations d’emploi de fonctionnaires qui seront autorisées par le projet de budget pour 2021 seront affectées dans les services départementaux de l’Etat et non les administrations centrales. Un Commissariat général au plan va être créé et 25 milliards d’euros vont être investis dans la recherche publique pour les dix prochaines années.

La rénovation urbaine de 300 quartiers, sur 450 concernés, devra démarrer avant la fin 2021.

– A la rentrée, des repas à un euro seront disponibles pour les étudiants boursiers dans les restaurants universitaires et l’allocation de rentrée scolaire sera revalorisée de 100 euros «de façon exceptionnelle».

– Dans chaque territoire seront installés à partir de 2021 des «juges de proximité spécialement affectés à la répression des incivilités du quotidien».

– Un projet de loi «contre les séparatismes» sera présenté en Conseil des ministres à la rentrée.

Conclusion.

«Dans ces temps troublés, nous avons une boussole : la République. C’est notre ciment, notre espérance, c’est elle qui doit unir les Français, libérer leurs énergies, incarner les promesses de la justice et du progrès social», conclut Jean Castex.

Libération

.

 

Laisser un commentaire