Le sous-préfet s’exprime sur le méthaniseur de Gramat

Jean-Luc Tarrega, sous-préfet de Gourdon, rappelle que la SAS Bioquercy gérant l’unité de méthanisation de Gramat, fait partie du Groupe FONROCHE Biogaz basé en Lot-et-Garonne ; une entreprise souligne-t-il, qui a une bonne expérience de la filière du biogaz, avec une trentaine d’unités installées et une vingtaine sur le carnet de commandes.

L’unité de Gramat s’apprête à gérer 64 000 tonnes de lisier et déchets d’abattoirs par an, dont l’essentiel des intrants est collecté dans un rayon de 35 km autour de Gramat.

Dans un second temps, le sous-préfet fait état du souci des services de l’État de prendre en compte les différents avis exprimés sur ce projet. C’est ainsi qu’a été réduit en 2017 le plan d’épandage initialement arrêté l’année précédente, pour répondre notamment aux préoccupations concernant la nature des sols et les risques potentiels de dégradation des eaux souterraines. Jean-Luc Tarrega assure qu’il a été pris en compte les demandes de renforcement des contrôles de la qualité du digestat, dont les résultats sont soumis à une commission locale de suivi, se réunissant tous les 6 mois. L’exploitant s’est engagé à produire le résultat des analyses tous les mois.

Par rapport aux odeurs dont avaient pu se plaindre des riverains de l’unité de Gramat en août dernier, des interventions ont été opérées au niveau du bio-filtre. Dans ce contexte, ajoute-t-il, les recours engagés par les opposants à cette unité ont été rejetés au fond, y compris devant la Cour de cassation.

Le sous-préfet de Gourdon a également évoqué les incidents qui ont émaillé la période de lancement de l’unité de méthanisation de Gramat, dont l’écoulement de 400 m3 de digestat d’une poche de stockage à Alvignac en avril dernier. « Les premières analyses ont démontré qu’aucune pollution n’est apparue sur la qualité des eaux » assure Jean-Luc Tarrega. Il ajoute : « L’ensemble des incidents ont fait l’objet d’un suivi et les mesures correctives qui s’imposaient ont été apportées ! »

Dorénavant des dispositifs de rétention sont rendus obligatoires, de manière à prévenir toute fuite accidentelle de digestat des poches de stockage.

Le Sous-préfet déclare : « La méthanisation permet de substituer 100 000 tonnes d’engrais chimique, par du digestat, dont il est maîtrisé la qualité et l’innocuité et faisant l’objet d’un suivi permanent. Le plan d’épandage réglementé, décarboné et riche en azote, contesté par certains, fait l’objet de l’approbation des agriculteurs. »

Quant à l’accident du travail survenu le 7 juin dernier, une enquête est en cours pour en déterminer les circonstances. La victime quant à elle devrait recouvrer son aptitude au travail, dans un temps qui n’a pas été précisé.

Le site de l’unité de méthanisation de Gramat doit prochainement ouvrir ses portes à la visite du public, mais la date ne nous a pas encore été communiquée.

J.-C. Bonnemère ActuLot

 

Sept scientifiques s’opposent à l’unité de méthanisation de Gramat

14 commentaires pour “Le sous-préfet s’exprime sur le méthaniseur de Gramat

  1. Anonyme
    mardi, 25 septembre 2018 à 21:34

    Cela laisse supposer que Monsieur le Sous Préfet ne se déplace pas souvent à Gramat !
    Pas plus tard que ce matin les odeurs étaient insoutenables aux alentours !

  2. MABIT CLAUDE
    mercredi, 26 septembre 2018 à 16:51

    Des odeurs pestilentielles chaque jour , la perte de notre patrimoine ( toutes les maisons à 1km 500 à,la ronde , devenues invendables , tous les gites et accueils de vacanciers devenus infréquentables)
    Chacun peut nous rendre visite pour constater cet état de faits –
    Les élus aux ordres de qui vous savez……
    Quand aux digestats , une pollution immédiate par leurs odeurs nauséabondes , et les circuits d’eau souterraines déjà bien pollués –

    • Bubu
      vendredi, 22 mars 2019 à 10:43

      On ne parle pas aussi de ce bruit lancinant aux heures de repas etc…c est pénible je suis à 2 kms et un copain l entend fort le matin d albiac 5kms.

  3. Sylvie
    mercredi, 26 septembre 2018 à 22:15

    Nous compatissons sincèrement…. Sans doute vous êtes vous rapprochés du collectif citoyen qui s’est constitué contre ces unités de méthanisation inappropriées ?…. Vous pourriez aussi faire appel aux services d’un avocat “environnementaliste” ou assimilé…. pour prétendre au moins à des indemnisations vu les préjudices financiers subis (chute valeur foncier et infrastructures touristiques)….
    Peut-être interroger par exemple MY SMART CAB, cabinet d’avocats à Toulouse, “activateurs de justice”…. leur démarche est intéressante et novatrice…

  4. jean pierre j
    dimanche, 30 septembre 2018 à 20:39
  5. Emmanuelle
    jeudi, 4 octobre 2018 à 10:20

    C’est un enfer quotidien. On part au travail le matin et lorsque l’on ouvre la porte du garage pour monter dans sa voiture, on court. On rentre le soir et on ne peut pas profiter du soleil, il faut veiller à tout refermer très vite derrière nous. Quels sont les animaux qui peuvent résister à un épandage de digestat ? Les insectes vont-ils résister à ces odeurs à plusieurs km à la ronde ? Les eaux, n’en parlons pas, tout le monde que les pollutions ont commencé. J’ai travaillé dur pour payer ma maison qui devait constituer ma retraite, aujourd’hui elle ne vaut plus rien, je suis complètement anéantie par ce massacre. Que tous les élus et les financiers organisent ce genre de construction dans leur jardin, ils seront moins motivés qu’ils ne l’ont été. Quelle tristesse pour le Lot, un si beau département. Les touristes nous le disent chaque jour, Gramat sera bientôt rayé de la carte. Un désastre économique va suivre.

  6. Sylvie
    vendredi, 5 octobre 2018 à 09:50

    Dire que le département cherche à attirer de nouveaux habitants et lance une grande campagne de marketing territorial avec le slogan suivant : “Ho my Lot !”…. Ce sera le cas de le dire…. à Gramat entre autres…. “Ho, my Lot !…. what a disaster !”

    • jevouslis
      vendredi, 5 octobre 2018 à 10:46

      Il n’y a pas que Gramat dans le Lot, le Lot mérite qu’on s’émerveille, cependant j’espère que le Préfet lit le blog des bourians ou a des moyens pour se tenir au courant de ce que vivent les habitants qui vivent près du méthaniseur.

    • Bubu
      vendredi, 22 mars 2019 à 10:51

      Ah bon moi ça va faire 9 ans que je suis là je ne les trouve franchement pas accueillants bourrus alors en plus cette usine on vient à la campagne
      c’est pire que tout en plus c’est cher on accueille pas du tout les touristes moi je cherche à partir d’ici .bonne chance à tous

  7. BOUQUET Michèle
    vendredi, 5 octobre 2018 à 12:16

    Malheureusement Gramat est rattaché administrativement à Gourdon.
    Gourdon est en Bouriane, Gramat, dans les Causses. Rien à voir, ce qui explique peut être la position de Monsieur le Sous-Préfet ui ne franchit peut-être pas très souvent la N20.
    Ce qui est sûr, c’est que les riverains de Bio Quercy qu’ils soient de Gramat, d’Issendolus ou de Bio se craignent de devoir supporter à vie les nuisances qu’ils subissent depuis plusieurs mois puisque leur domicile est devenu invendable.

  8. Sylvie
    vendredi, 5 octobre 2018 à 20:54

    S’émerveiller du Lot, est une chose… vouloir s’y installer (comme le veut l’objectif de cette stratégie de territoire) en est une autre !…. Le touriste de passage s’émerveille de nos paysages (et les offices de tourisme savent les mettre en avant, c’est leur boulot) …. mais de là à vouloir y rester pour y vivre, travailler et entreprendre, c’est une autre paire de manche !!!… Un département “vert” comme le Lot qui mène une politique “façon méthanisation” à Gramat…. émerveillera quelques jours, mais fera fuir très vite dès qu’une connaissance plus approfondie de la gestion de l’environnement révélera ses failles et aberrations…. idem pour le Frau d’ailleurs…. le marché de l’immobilier souffre déjà beaucoup de l’existence des carrières….

  9. jevouslis
    dimanche, 7 octobre 2018 à 16:47

    11 professionnels du tourisme sous le charme du Lot

    L’éductour est organisé par la CCI.

    La Chambre de commerce et d’industrie du Lot, en partenariat avec plusieurs prestataires touristiques lotois, accueille 2 jours durant, 11 professionnels du tourisme, dans le cadre d’un éductour (voyage de familiarisation de la destination) devant permettre à ces organisateurs de voyages de mieux appréhender notre destination touristique pour la proposer à leurs clients voyageant en groupe. Parmi les participants, figurent des agences recevant de la clientèle étrangère (Europe, Amérique du Nord, Australie, Japon…) mais aussi des autocaristes travaillant une clientèle française.

    C’est à l’initiative du Gouffre de Padirac et de l’agence Quercy Découvertes/La Chartreuse, deux prestataires lotois désireux de promouvoir le territoire auprès de ces opérateurs et de voir leur clientèle groupes croître, que cet éductour a été organisé. Le groupe sillonne le Lot grâce à un programme de découverte mettant en avant ses atouts patrimoniaux et gastronomiques, au travers de la visite de plusieurs sites phares du département : Cahors, à bord du Petit Train, la rivière Lot à bord des Croisières Fénelon, le village de Saint-Cirq Lapopie et le Château de Cénevières pour la journée du samedi où ils séjourneront, avant de poursuivre le dimanche, par la découverte de Rocamadour puis une dégustation de fromage à La Borie d’Imbert.

    La visite du Gouffre de Padirac, nouvellement doté d’un audioguide multilingue & interactif, est également au programme, avant de regagner Cahors à bord d’un bus affrété par les Transports Raynal. Parmi les participants, plusieurs programment déjà le Lot mais seuls quelques-uns sont déjà venus sur le territoire. C’est donc une vraie découverte pour beaucoup !
    Medialot

  10. jevouslis
    dimanche, 7 octobre 2018 à 17:12

    Les opposants à la méthanisation étaient plusieurs dizaines ce matin, regroupés devant la salle où se déroule le congrès des maires du Lot, présidé par Jean-Marc Vayssouze, président de l’AMF 46, à Lacapelle-Marival. Il y avait également des défenseurs du train et des gares.

    Arrivés tôt, citoyens et syndicalistes ont tracté, mais aussi copieusement sifflé le préfet et les maires arrivant sur place, vers 9 heures.

    Lors de cette matinée de travail, il sera notamment question de la place des communes au sein des intercommunalités. Des experts et intervenants animeront ces échanges, au cours de tables-rondes. Ces travaux seront suivis vers 13 heures d’un cocktail et d’un buffet.
    L Bertoni La Dépêche

  11. jean
    jeudi, 14 février 2019 à 17:07

    Le Sous-préfet déclare : « La méthanisation permet de substituer 100 000 tonnes d’engrais chimique, par du digestat, dont il est maîtrisé la qualité et l’innocuité et faisant l’objet d’un suivi permanent. Le plan d’épandage réglementé, décarboné et riche en azote, contesté par certains, fait l’objet de l’approbation des agriculteurs. »

    Petite précision, il y a une erreur sur le volume il s’agit de 1000 tonnes d’engrais!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.