Les zones du Grand Figeac font le plein

Les entreprises ne cessent de gagner du terrain dans le Grand Figeac. Les travaux s’enchaînent dans les zones d’activités en plein essor. Le président Vincent Labarthe fait le point.

Comment se porte le développement économique dans le Grand Figeac ?

On ne peut vraiment pas se plaindre. Il faut dire que la réussite est d’abord du côté des entreprises, nous ne sommes que des accompagnateurs. On a surtout un réseau qui continue de s’étoffer avec des sous-traitants qui veulent se développer ici, pour être près de leurs clients principaux. On a par exemple la société AMG, hébergée à la pépinière de Quercypôle, qui réfléchit à s’installer.

Quels sont les chantiers qui démarrent à Cambes ?

Les travaux du centre de formation industrielle sont lancés. Ensuite face à la CCI, on va avoir le lancement d’un projet porté par le Grand Figeac et exploité par l’APEAI. Dans ce bâtiment, on va trouver une cuisine, une légumerie et une conserverie avec un resto d’entreprises comme celui qui existe à l’Aiguille et qui sert en moyenne 700 repas par jour. On accompagne ainsi la montée en capacité de la zone et ses emplois. Un terrain est également vendu à Quercy Solaire. Toujours sur cette partie, Figeac Aéro a revendu une partie de ses terrains à GFM qui va s’installer pour produire des charpentes. Quercypôle 1 est plein. On a travaillé sur Quercypôle 2 où on est en train d’aménager un terrain pour Métrasur qui réalise une extension de son siège de l’Aiguille. On a deux terrains de plus avec des porteurs de projet intéressés. On travaille enfin sur Quercypôle 3 : on est en train de finaliser les études.

La déviation de Cambes va-t-elle renforcer cet essor ?

Oui bien sûr, Cambes mais aussi Livernon vont en profiter. On le voit, d’ailleurs, la zone de Livernon s’étend. Des terrains ont été vendus. Une station-service va voir le jour de l’autre côté de la route.

Du côté de l’Aiguille aussi, des travaux sont lancés.

Il y a des investissements très importants portés par Larnaudie qui se développe. Le Grand Figeac va réaménager toute la voie qui va du rond-point jusqu’à Figeac aéro et aménager en parallèle de la départementale une voie piétonne. On va également réaliser un parking poids lourds pour huit véhicules. A Herbemols, le centre technique est quasiment terminé, en début d’année tous les agents pourront l’intégrer. Pour le reste, on est sur la réalisation de plateformes pour livrer six hectares de terrain d’ici le premier semestre 2019.

Et l’extension de Ratier ?

Un nouveau bâtiment avec 150 emplois à la clé va être construit. L’actionnaire américain a choisi Figeac pour rapatrier tous les moyens de production de moyeux à Figeac. Je suis très heureux car on a su faire preuve de réactivité quand Jean-François Chanut, PDG, nous a demandé de travailler sur ce dossier en juin. On a une équipe mobilisée sur le développement économique très efficace.


Emplois : l’exception figeacoise

Le président du Grand Figeac, également vice-président de la région Occitanie en charge de l’économie, n’est pas peu fier de la dynamique du territoire. «Sur les cinquante plus grosses entreprises d’Occitanie, deux sont basées à Figeac (la troisième du Lot est Andros à Biars). En France, 35 bassins industriels ont créé de l’emploi sur les dix dernières années. Figeac est le sixième en nombre d’emplois créés. C’est remarquable mais il faut continuer à encourager cette tendance (…) Le vrai défi pour notre collectivité est de créer des conditions d’attractivité. On a commencé à y répondre en créant le centre de formation industrielle. On a aussi l’IUT, les lycées, l’IFSI… on a tout ce qu’il faut pour fixer des populations d’actifs. Il faut pour cela développer l’habitat et les services.»


Repères

Le chiffre : 5 500

emplois > Sur les zones d’activité du Grand Figeac. Sur ces 5 500 emplois, 4 500 sont basés à Figeac. Les zones d’activités sont toutes pleines sauf à Latronquière et Leyme.

1 commentaire pour “Les zones du Grand Figeac font le plein

  1. Michèle BOUQUET
    lundi, 15 octobre 2018 à 11:01

    Les Gramatois, déjà empestés par l’usine de méthanisation ont appris qu’il y avait un projet de construction d’un centre d’équarrissage à côté, sur la commune d’Issendolus.
    Quelqu’un peut-il me le confirmer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.