Réforme de la chasse. Impacts de la chasse

Avec près de 10 000 chasseurs dans le Lot, la fédération départementale de chasse ne peut que se réjouir, pour les titulaires du permis, d’une tarification plus abordable et plus souple. La bonne nouvelle est venue de l’Elysée. Elle fait du bien au portefeuille des chasseurs. Explications…

La chasse, dans le Lot, vit un tournant important de son histoire. Les présidents de fédérations de chasse ou délégués territoriaux reçus lundi à l’Elysée par le Président de la République ont été attentifs aux grandes lignes d’une réforme dont André Manié se dit « satisfait ».

Le président de la fédération de chasse du Lot n’était pas à Paris, mais les représentants territoriaux lui ont confirmé d’excellentes informations.
La nouvelle législation et surtout la tarification du permis de chasse national lui donnent d’excellentes raisons d’espérer.

Un nouveau permis qui soulage le portefeuille

« Le prix du permis qui était fixé à 400 € passe à 200 €. Cela ne peut que me satisfaire. Dans le Lot, cela va changer beaucoup de choses surtout pour les chasseurs qui payaient un permis bi-départemental pour chasser dans ce département et le Tarn-et-Garonne par exemple. Cela leur coûtait 50 euros de plus. Au sein de notre fédération lotoise, nous comptabilisons environ 2000 permis de chasse bi-départementaux en possession de chasseurs en provenance des départements limitrophes. Avec les 50 euros qui s’ajoutaient au prix de base déjà élevé, ils n’étaient cantonnés qu’à un seul département de plus. Maintenant ces mêmes chasseurs peuvent aller n’importe où » commente André Manié.

Il imagine l’impact économique que cela peut représenter pour le Lot et voit là une autre opportunité d’éradiquer plus de sangliers. Ces animaux créent encore de gros dégâts dans les jardins et sur les terres cultivées.

Prolonger la chasse aux sangliers

Mais combien de sangliers sont recensés dans le Lot ? « Il est très difficile, voire impossible, d’effectuer un comptage précis. Tout ce que l’on sait, c’est qu’il y en a encore trop. Le monde agricole nous le fait régulièrement savoir.

L’an dernier, dans le Lot, les chasseurs ont tué 5000 sangliers. On nous demande, idéalement, d’en éliminer 1000 de plus. Il est question de prolonger la période de chasse aux sangliers. Ouverte depuis le 15 août, elle devait s’achever à la fin du mois de février. Mais Le Président de la République a demandé qu’elle soit prolongée jusqu’au 31 mars pour justement éradiquer un peu plus de sangliers » indique André Manié.

Ouverture le 9 septembre

La prochaine ouverture de la chasse est programmée le dimanche 9 septembre. Chers lapins, lièvres, faisants, perdrix ou encore palombes vous êtes concernés et donc prévenus. Le petit gibier posera-t-il un lapin aux chasseurs ?

Public Sénat

Une mesure avant tout politique

Pour autant, difficile de ne pas voir dans cette annonce un geste avant tout politique. Emmanuel Macron souvent qualifié de “Président des villes” cherche à ne pas se couper de la ruralité, en affichant régulièrement sa proximité avec les chasseurs. En effet, après avoir annoncé la réouverture des chasses présidentielles à Chambord, Emmanuel Macron s’est également prononcé pour la chasse à courre, pratique qualifié de “barbare” par Nicolas Hulot et dont 84% des Français réclament l’interdiction.

 


Le Monde 14/9/2018

2 commentaires pour “Réforme de la chasse. Impacts de la chasse

  1. théo
    vendredi, 14 septembre 2018 à 16:59

    La toxicité du plomb expose à des maladies à long terme (saturnisme), par effets cumulatifs : Or, le plomb est un métal rencontré ou utilisé dans de nombreuses applications et produits, donc nécessité de prévention :http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=354

  2. jean pierre j
    vendredi, 14 septembre 2018 à 21:29

    Pour les Lotois qui n’ont pas encore saisi toutes les subtilités de l’organisation de la chasse dans le département voir:

    http://www.oncfs.gouv.fr/IMG/pdf/chasse-2018/ouverture-fermeture-chasse-2018-dep46-lot.pdf

    Pour les naturalistes et les chasseurs lotois qui aiment les vieux livres, cherchez donc dans les librairies d’occasion les ouvrages d’un chasseur Lotois du siècle dernier Roger Pecheyrand . C’est l’auteur de “Bêtes mes amies” paru en 1950 aux éditions de la Toison d’Or, ouvrage couronné par l’Académie Française.

    Lisez donc le chapitre consacré à Myosotis, le Geai.. au moment où il est blessé….je cite “Il regarde sa cuisse. De chaque côté , une goutte de sang perlé poisseuse, s’est coagulée avec les plumes arrachées qu’elle colle. Lentement, avec des précautions d’infirmière , le geai enlève les hampes brisées des plumes minuscules. Il se repose. L’homme lui a fait mal. Il sait que l’homme est méchant et dangereux. Il connait le fusil meurtrier.”

    Quand j’ai pris contact avec la Bourians en 1973 , il allait fournir avant sa mort, quelques articles sur la grande faune du département à Quercy recherche qui débutait alors. Il était “conseiller biologiste ” du département,

    Pour mémoire , René Dumont allait candidater à la Présidence de la République en 1974. Il échoue mais l’écologie politique est née. Et chasseurs et écologistes vont se déchirer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.