Thégra: ITHPP s’agrandit

ITHPP a investi 4 millions d’euros dans l’extension de ses locaux à Thégra, la 3e depuis la création de l’entreprise en 1997. Sa technologie sur les hautes puissances pulsées en fait une leader dans son secteur.

Sur le territoire du Nord du Lot dans le secteur de Thégra, un leader dans une technologie industrielle très pointue, les hautes puissances pulsées, grandit et se développe sans faire de bruit. Vendredi dernier, ITHPP inaugurait en présence des élus locaux, son nouveau bâtiment pour lequel l’entreprise a investi 4 millions d’euros. Il s’agissait, en fait de la troisième extension de locaux depuis la création de l’entreprise en 1997. La société s’était alors installée dans un atelier relais, une ancienne usine de textile à Thégra, non loin du Centre d’Etudes de Gramat (devenu aujourd’hui le CEA Gramat) client historique de ITHPP.

Le métier de ITHPP consiste à utiliser les technologies des hautes puissances pulsées pour générer des impulsions électriques courtes de très fortes puissances. Une technologie qui a, d’abord, intéressé la Défense nationale, puis qui s’est diversifiée pour des applications civiles comme la fragmentation de roche pour l’industrie minière ou encore la stérilisation de produits pour les secteurs de la santé et de l’agroalimentaire.

 

Sur le site de Thégra, l’entreprise présidée depuis 2007 par Gauthier Demol, a regroupé tous ses services, le bureau d’études, les ateliers de fabrication et de montage ainsi que les essais. Le nouveau bâtiment de 2 200 m2 s’intègre dans cet ensemble et il est associé à 950 m2 de bureaux.

 

L’extension qui fait suite déjà à deux agrandissements en 2002 et 2008, illustre la dynamique suivie par ITHPP qui a intégré en 2011, le groupe français Alcen. Son volume d’affaires est en forte croissance. Peu de concurrents dans son secteur et des clients majoritairement à l’étranger. Une situation qui permet à l’entreprise de Thégra d’envisager des recrutements dans les domaines qui sont les siens, l’électronique de puissance, l’électrotechnique, la mécanique, les mesures physiques et la physique.

 
 

Repères

Les chiffres clé de la construction. Surface bâtie, 3 000 m2

– Ateliers : 2 500 m2 de surface d’expérimentation dont 2 bunkers

– Bureaux : 900 m2

Démarrage des travaux : août 2016

Déménagement : avril 2019

 Investissement : 4 millions d’euros financés par ITHPP dans sa totalité.

 
 

Historique. L’entreprise a été créée en 1997 à Thégra dans les locaux d’un atelier-relais, ancienne usine de textile, par Laurent Frescaline après son service militaire qu’il avait effectué au Centre d’Etudes de Gramat.

 
 

Groupe Alcen. En 2011, ITHPP intègre Alcen, groupe français à actionnariat 100 % familial (CA : 220 M€, 24 filiales

 

dans le monde, 2400 employés), un rapprochement qui permet à l’entreprise de consolider ses ambitions de développement.

 
 

«La moitié de nos collaborateurs a bac + 5»

Gauthier Demol préside ITHPP depuis 2007, il avait rejoint l’entreprise un an auparavant au poste de directeur général.

 
 

Comment définiriez-vous aussi simplement que possible la technologie que développe ITHPP ?

Ce qui nous intéresse ce sont les pulsions électriques très puissantes et très brèves. Ce sont des millions de volts en un milliardième de seconde. On prend de l’énergie de la prise électrique, on la cumule avant de la libérer. Notre technologie se rapproche de l’explosif sans avoir les effets au niveau sécurité et environnemental. En général, on ne fait pas d’essai à Thégra, on livre une machine à nos clients.

 
 

ITHPP ne fait pas beaucoup parler d’elle, pour quelle raison ?

Historiquement, on n’a jamais beaucoup communiqué. Mais là, on grossit, on est plus visible. Nous sommes quand même présents sur les réseaux sociaux professionnels et dans les salons.

 

Combien avez-vous de collaborateurs ?

Nous sommes aujourd’hui 57 salariés, nous espérons pouvoir recruter 3 collaborateurs de plus d’ici la fin 2019.

 

Une majorité d’ingénieurs et de chercheurs ?

Entre 50 et 55 % de nos collaborateurs sont ingénieurs ou docteurs. La moitié est à Bac +5.

 

L’entreprise est implantée à Thégra. Il y a une raison particulière pour cela ?

Pourquoi le Nord Lot et Thégra ? À l’époque de la création de l’entreprise, à cet endroit correspondait à la volonté des dirigeants de se situer près du Centre d’Etudes de Gramat qui était le premier, et le principal client d’ITHPP. Et il se trouvait qu’un bâtiment industriel était vacant à Thégra. L’aventure a commencé là.

 
Propos recueillis par Jean-Michel Fabre La Dépêche
 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.