Trois cents personnes à Cahors ont marché pour le climat et la paix

marche climat

Trois cents personnes ont défilé sur le boulevard et dans les rues de la ville pour le climat. Le réchauffement climatique, les pesticides, la surconsommation figuraient au rang des préoccupations.

Rendez-vous est donné à 14 heures sur le parvis de l’hôtel de ville. Après des prises de paroles, les marcheurs ont remonté le boulevard, scandant : «Un et deux et trois degrés, c’est un crime contre l’humanité». Dans le cortège se trouvaient aussi des gilets jaunes, le mouvement pour la Paix . «Ce que je déplore, c’est la mondialisation collective. On a tous des solutions en mains. Les pouvoirs en exercice refusent de mettre en place des politiques, par exemple favoriser l’agriculture bio pour diminuer les effets de pollutions à gaz de serre» indique Fanelli. Dans le cortège, toutes les générations sont représentées. «On voit des causes écologistes et des enfants qui se mélangent. Ce mouvement est en train de pénétrer les familles. Les actes découleront des prises de conscience», confie Michel. «Je suis là pour protéger la planète. Il faut que tout le monde vive sans être obligé de consommer à tout va, et le changement de climat, ça m’inquiète», remarque Ninon, 10 ans. «Le climat, il faut que tout le monde s’y mette, les politiques, les entreprises, les collectivités, les citoyens. Surtout, il faut que l’on dise la vérité. On ne nous parle pas de l’ampleur de mise en péril à laquelle nous sommes soumis», confie un trentenaire. «Il faut décroître nos modes de vie au-delà de ce que la planète peut supporter. Le problème, c’est la rapidité du monde. On veut tout, tout de suite. Consommer autrement ne signifie pas se priver», souligne une dame. Rue Foch, puis place Chapou, les marcheurs se mélangent en douceur avec le festival Traces contemporaines. Rue Nationale, un accordéoniste et un batteur stoppent le cortège. Ils chantent une chanson sur le climat, applaudie par tous. «Le rapport est accablant, mais la lutte est joyeuse», note un monsieur. Agir collectivement, penser à long terme, tous l’ont unanimement souligné. Concernant les pesticides, prendre des arrêtés pour les éloigner à cinquante mètres des habitations leur semble plus que souhaitable. À 16 heures, retour sur le parvis de la mairie. Les marcheurs échangent entre eux pour se fédérer plus encore sur tout le territoire.

 

Rassemblement pour la Paix

Un rassemblement et une marche pour la paix se sont déroulés hier matin en ville. «C’est le combat de notre génération et c’est une course contre la montre. Nous pouvons l’emporter, nous devons l’emporter. Nous disons non au doublement des dépenses annuelles consacrées à la production de nouvelles armes nucléaires. Nous refusons le commerce des armes immoral et dangereux», indiquait Marie-Annick Floch, secrétaire départementale du comité du Lot du mouvement de la Paix.

Marielle Merly La Dépêche

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.