Tuto masque réalisé par le service culturel de la CCQB

Sans prétention, la BIG et la Maison du Piage se sont lancées dans la fabrication simple et artisanale de masques pour aider à la lutte contre la propagation du Coronavirus.

Ces masques ne sont pas homologués . Ils sont à usage unique. Ils ne vous protègent pas contre le virus mais évitent de le transmettre aux autres. L’idéal est de les coupler avec une visière en plastique.

Ils peuvent être faits par tout le monde avec peu de moyens.

Nous avons réaliser pour vous un petit tuto  !


 

 

 

3 commentaires pour “Tuto masque réalisé par le service culturel de la CCQB

  1. Françoise LOUVEL
    mercredi, 8 avril 2020 à 10:03

    Bravo à vous. A titre individuel ,je me suis lancée dans la confection de masques en tissus,il ne sont bien sur pas homologués mais ils nous protègent lors de nos déplacement; et bientôt deviendront obligatoires lors de nos sorties ;ce qui va me manquer, c’est des matières premières et des élastiques principalement, si vous savez où je peux en trouver?

  2. Marianne
    mercredi, 8 avril 2020 à 11:36

    Bonjour,

    Un grand nombre de tutoriels existe sur le Net en ce moment – dont celui-ci, avec du tissus mais sans couture.
    Pour les matières premières, vous pouvez remplacer les élastiques par des ficelles. Sinon, pourquoi ne pas contacter une couturière ?
    Bon courage

    https://giphy.com/gifs/mask-facemask-no-sew-XHXb2GdNeY7TkcQwhd?fbclid=IwAR1VnyvSKnN6RkNzI57SdWe_WmJqH0PGb42ReM53Qwc-xiuZ4Qi0VjMStQg

  3. jevouslis
    mercredi, 8 avril 2020 à 12:09

    Deux Puy l’Evêquoises retraitées ont pris une heureuse initiative : la confection de masques. L’une d’elles, Dominique Bru, nous explique : “J’ai rencontré il y a plusieurs jours de nombreuses personnes qui m’ont fait part de leur désorientation devant l’impossibilité de trouver des masques ; j’ai téléphoné immédiatement à une amie, couturière retraitée, Odile Granados. Ensemble nous avons décidé de nous lancer dans la fabrication de cette protection. Nous avons trouvé sur internet le modèle publié par les CHU et nous nous sommes mises au travail. Le plus difficile a été de trouver suffisamment de draps ; une tournée chez les particuliers nous a permis de récupérer gracieusement des draps de lin antiacarien, procurant une protection en trois épaisseurs. À ce jour, nous avons fabriqué pas moins de 250 masques et nous continuons notre production”.
    Des points de dons
    Restait alors à effectuer la distribution ; nous en avons déposé un certain nombre en mairie, mais aussi chez les commerçants encore ouverts. Le bouche-à-oreille ayant fonctionné, non seulement il a fallu réapprovisionner nos points de dons mais aussi recevoir chez nous les demandeurs ; nous avons même dû fournir des masques à des services locaux. Nos machines à coudre tournent sans arrêt mais nous commençons à manquer, non point de toiles, mais d’élastiques ; aussi nous lançons un appel à ceux qui seraient susceptibles de nous en fournir.” Un grand merci à ces deux dames.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.