100 lycéens au pas conquérant avant la poursuite des blocages

. Près de 100 lycéens se sont rassemblés hier sur les allées Fénelon avant d’entamer une manifestation à étapes dans Cahors. Récit des revendications énoncées tout au long du parcours.

Hier après-midi, ils ont choisi la ville comme terrain d’action. Une centaine de lycéens s’est réunie à Cahors sur les allées Fénelon en réponse au vote de l’assemblée générale. Une marche a été entamée par un cortège représentant les lycées Clément-Marot, Gaston-Monner ville et Saint-Etienne. Un élève de Seconde au lycée Champollion de Figeac, Sacha est venu en auto-stop, soucieux de «l’évaluation de plus en plus en contrôle continu» qui l’attend pour l’obtention du baccalauréat. Avant le départ de la marche, son amie Maya du lycée Clément-Marot réclame «la possibilité pour tout le monde de choisir sa fac».

Une marche à étapes

Micro à la main, Manuel de Pablo annonce les étapes du parcours de la marche débutée à 15 heures. D’abord l’entrée de la préfecture où trois élèves se succèdent pour un discours en affiliation au résistant Chapou, dont le nom est inscrit sur le bâtiment de la nouvelle entrée. Nous croisons Sébastien et Galaad, en Seconde au lycée Clément-Marot. Tous les deux approuvent le choix du blocage prévu aujourd’hui et peut-être demain (lire encadré) mais seulement «tant qu’il n’y a pas de débordement».

Puis la marche se poursuit sur la place de la Libération, direction l’entrée du lycée privé Saint-Etienne. Une pause s’impose. Isabella, Camille et Marilou sont les trois représentantes de l’établissement privé pour cette marche. «Ma mère trouve ridicule qu’on ne puisse pas manifester sans autorisation», insiste Camille en pointant du doigt les conditions préalables à toute absence de son lycée dans ce cas exceptionnel.

La manifestation se poursuit sans tension, mais non sans interpellations à l’adresse du président de la République, en redescendant le boulevard Gambetta après être passée devant le lycée Clément-Marot. «C’est comme une visite guidée», s’amuse une élève au milieu du cortège. Guidée, cette manifestation l’était forcément par la conviction des élèves mobilisés cette fois en dehors de leurs cours.


Deux blocages encore envisagés

Aujourd’hui, les lycées Clément-Marot et Gaston-Monnerville sont bloqués, avec présence sur les lieux depuis 5 heures du matin pour certains élèves. Ce mode d’action reconduit après la pause de mercredi a été approuvé par le vote de l’assemblée générale de mardi midi. Mais ce vote a été tranché sur une courte majorité et démontre la difficile concertation des lycéens sur la conduite à tenir. Le blocage de vendredi est donc défendu par certains élèves, correspondant au jour proposé par l’Union nationale lycéenne (UNL) dans toute la France.


Le chiffre : 5

heures > du matin. L’heure à laquelle certains élèves envisagent de bloquer le lycée Clément-Marot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.