Cahors: Fête foraine

fete-foraineLa fête foraine 2016 de Cahors déploie ses soixante stands, place de Gaulle, jusqu’au 1er novembre. Stands, manèges pour enfants ou attractions à sensation, comme le Magic twist, il y en a pour tous les âges. A la tête du César palace, le Cadurcien Jackson Rozel est le représentant des forains. Il parle d’une profession méconnue.

Vous avez quel âge ?

45 ans.

Et vous êtes forain depuis…

45 ans. Mon père l’était avant moi, mon grand-père et mon arrière-grand-père. En fait, on a débuté par le cirque et on s’est mis à la fête foraine après la guerre. Le cirque avait été détruit. Il manquait des membres de la famille qui avaient été déportés.

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce métier ?

Je n’ai rien connu d’autre… Ensuite, quand on est dans une ville pour un mois, on est content d’arriver mais on est aussi content de repartir, pour aller dans une autre ville, retrouver d’autres amis. C’est comme quand vous, vous partez en vacances.

Combien de villes ?

J’en fais que onze. Certains courent aux quatre coins de la France. Moi, j’ai ma tournée : avec mon attraction, il faut fidéliser la clientèle. C’est surtout autour de Toulouse : l’Aveyron, l’Aude, le Lot.

Vous prenez des vacances ?

Non. En 27 ans de mariage, je n’ai jamais pris de vacances. Jamais voyagé. Mais on pourrait dire qu’on est toujours en vacances : si on a envie d’ouvrir à 3 heures, on ouvre à 3 heures.

Les enfants sont à l’école ici ?

Les enfants vont à l’école là où on se trouve. Comme nous on l’a fait. Sauf que nous, on s’arrêtait à la primaire. Eux, ils continuent jusqu’à 16 ans. Après la primaire, à 80 %, ils ont des cours par correspondance.

Je me souviens qu’à l’école, les enfants enviaient les enfants de forains : ton père il a quel manège ? C’est un peu un rêve.

Est-ce que le métier a évolué ?

Les manèges sont plus faciles à monter qu’avant.

La fréquentation a changé ?

A Cahors, on a une fréquentation régulière. Dans certaines villes, où il y a de la délinquance, ça baisse. Cahors est une ville agréable à vivre. Ici, ça tombe en période de vacances et, le plus important pour nous, c’est qu’on est en centre-ville. Si on est délocalisé, c’est la mort de la profession. Si vous voyez un artiste qui passe à 5 km, un soir, vous prenez votre voiture et vous y allez. La fête foraine, c’est différent : les gens passent devant et se disent tiens on s’arrête. La fête foraine, ça reste une attraction, un village.

Vos enfants vont continuer ?

J’ai un fils de 20 ans et une fille de 17. Pour l’instant, ils sont forains. Mais c’est pas tout le monde qui continue dans le métier. Il y a vingt ans, on pouvait se lancer avec un petit stand. Aujourd’hui c’est très très dur, avec les crédits…

Quelles sont les qualités d’un bon forain ?

Savoir compter. Et être vaillant.

La fête foraine a débuté samedi à Cahors et se poursuit jusqu’au 1er novembre. Le Cadurcien Jackson Rozel est le représentant des forains. Chez les Rozel, on est forain depuis des générations.

 

 

1 commentaire pour “Cahors: Fête foraine

Les commentaires sont fermés