Carmen Jones

Le vendredi 5 avril 2019

soirée Carmen Jones

à 18h30 RDV à la BIG
et à 21h00 au cinéma l’Atalante à Gourdon.

 

Ces soirées intitulées “La Première séance” sont organisées conjointement par l’association IDÉtorial,

par la Bibliothèque Intercommunale de Gourdon (LA BIG)

et par le cinéma municipal de Gourdon, l’Atalante.

Pour la saisons 2018-2019 nous avons choisit comme thème l’adaptation au cinéma.

À la BIG nous découvrirons la comédie musicale d’Oscar Hammerstein II à l’origine du film. Marianne Terrusse, directrice de la BIG, animera cette première partie de soirée.

Puis nous continuerons l’échange autour d’un buffet. Chaque participant est invité à apporter des mets pour ce repas partagé.

À 21h00 rendez-vous au cinéma pour une projection-débat animée par Alain Chêne.

Ces événements permettent de réunir plusieurs acteurs culturels du territoire autour d’un même thème et d’aborder une oeuvre sous différents angles.

Présentation de Carmen Jones par Alain Chêne.

Ne pas confondre avec Carmen, l’opéra-comique de Georges Bizet, encore que ! Carmen Jones (1954) d’Otto Preminger est une adaptation de la comédie musicale d’Oscar Hammerstein II qui fut, un énorme succès à Broadway en 1943.

Pour rappel, ces différentes adaptations sont issues d’une nouvelle de Prosper Mérimée (1845).

Quelle en est en la trame ? Carmen quitte son tablier de lingère pour celui d’ouvrière.  Elle travaille dans une usine d’armement, pendant la Seconde Guerre mondiale. Joe un militaire manque à ses devoirs par amour pour Carmen, ce qui va le conduire en prison. La belle ouvrière rencontre ensuite Husky Miller, champion de boxe poids lourds, et «craque» pour lui.

Si le canevas est proche de l’œuvre de Bizet, l’idée d’offrir pour la première fois dans le cinéma américain une distribution entièrement noire reste l’idée maîtresse de ce film.

Inspiré du livret Bizet (1875) puis retravaillé au son jazzy pour Broadway et enfin adapté au cinéma, le chemin a été long. Et que de méninges torturées pour s’éloigner le plus loin possible de l’œuvre originale. Mais il reste le personnage !

Indomptable est peut-être le qualitatif qui lui colle le mieux. Un plaisir sans arrière-pensée et surtout une découverte musicale qui donne à Carmen Jones le moyen de renouveler une fois encore la violence libertaire du personnage central.

Femme libre jusque dans l’amour destructeur. Quand le personnage est plus fort que les adaptations, on garde le personnage….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.