Catus: un gros appareil rouge devant la boulangerie

.

Depuis novembre dernier, personne à Catus n’a pu manquer de voir un gros appareil rouge devant la boulangerie. Cette installation a même provoqué un débat au dernier conseil municipal sur l’occupation des espaces publics. Après un peu plus d’un mois d’utilisation, le boulanger, Jimmy Breton, a accepté de faire le bilan sur l’utilisation de sa drôle de machine.

Quelle est cette étrange machine installée devant votre boulangerie ?

C’est un distributeur automatique de pains, viennoiseries, ou autres produits. Nous avons voulu rendre un service supplémentaire à nos clients.

Quand fonctionne-t-il ?

Il est en service six jours sur sept, 24 heures sur 24. Il est donc arrêté seulement le lundi.

Les prix sont-ils les mêmes que ceux en boulangerie ?

– Tout à fait. Et le pain est le même que dans ma boutique. L’appareil accepte les espèces et les paiements par carte.

Les clients y trouvent presque toute notre gamme que. Nous pouvons, selon la saison, modifier les produits : galette des Rois, coque de Pâques, par exemple.

Quel bilan tirez-vous de ces premières semaines d’utilisation ?

C’est une formule qui plaît. Nous avons eu beaucoup de retours positifs, surtout de gens qui ont pu se dépanner en dehors des heures d’ouverture.

Financièrement, l’opération est-elle rentable ?

C’est encore trop tôt pour le dire. Le but premier de cette mise en place est de rendre service à nos clients. Je pourrai savoir si c’est rentable dans un an.Je sais seulement que nous avons fait en un mois plus de 300 ventes. Cela ne signifie pas que 300 personnes l’ont utilisé, mais c’est un chiffre encourageant.

Avez-vous des projets de développement de cette formule ?

– Pas pour le moment. Nous devons d’abord rentabiliser cet appareil. Plus tard, pourquoi pas l’installer dans des villages sans boulanger ?

Propos recueillis par Gilles Borie La Dépêche

6 commentaires pour “Catus: un gros appareil rouge devant la boulangerie

  1. Landes Frédéric
    mardi, 2 janvier 2018 à 07:57

    Les boulangers qui tuent eux-mêmes leur métier bravo effectivement. ?quand on réfléchit bien à ce genre d’appareil, je ne vois pas ou est le progrès. Plus de logistique à gérer pour l’entrepreneur, entretien de la machine, fin du contact avec le commerçant, … Je ne trouve pas ca terrible… C’est juste une généralisation de la consommation façon drive et c’est déplorable.

    • jevouslis
      mardi, 2 janvier 2018 à 09:25

      A Frédéric En lisant les commentaires précédent le votre on voit l’intérêt de cette machine: En dehors des heures d’ouverture et lorsqu’on n’a ni boulanger ni livraison dans un village; Cela dit il est vrai qu’il y a un danger, en aucun cas ces machines ne doivent provoquer la fermeture du boulanger.A Gourdon des boulangers ont fermé sans remplacement par des machines, à Catus c’est vraiment agréable d’aller chez le boulanger: gentillesse de la boulangère, bavardage avec les clients, multiplicité du choix de pain, odeur du pain… il y a quelques jours au moment de déjeuner je m’aperçois que je n’ai plus de pain, je vais à la machine, il n’y avait pas le pain que j’aime, ça m’a dépanné mais c’est tout…

      • Landes Frédéric
        mercredi, 3 janvier 2018 à 07:30

        À gourdon, la boulangerie de l’avenue Gambetta a été remplacée par attitude gourmande( miquel , de payrignac)quelques mètres plus loins, car les gens préfèrent ouvrir leur affaire plutôt que reprendre un établissement, c’est comme ça. Ensuite, si masbou a fermé, c’est un manque de motivation de son fils, et un de ses magasins a été repris aussi par attitude gourmande. Il y a tout de même pas mal de boulangerie à gourdon, il n’y a que 4500 habitants sur la commune, il faut que tout le monde travaille

  2. Sylvie
    lundi, 1 janvier 2018 à 10:16

    Bravo pour la démarche innovante en rapport avec les nouveaux besoins consommateurs !

  3. jean pierre j
    dimanche, 31 décembre 2017 à 21:31

    Et vivent les boulangers de Catus

    • Castillo
      lundi, 1 janvier 2018 à 21:14

      Dommage qu’il faille attendre 1 an pour voir si la rentabilité de cet appareil permet la pause d’auTrès éventuels appareils , auquel cas pensez à nous à Cambes .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.