Luzech: Conférence sur les hirondelles et martinets

par Marc Esslinger (LPO Lot) et comptage des nids d’hirondelles sur Luzech

Samedi 21 juillet : 9h30 présentation des différentes espèces d’hirondelles et de martinets par Marc Esslinger, expert naturaliste de la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) – Salle de conférence du Musée Armand Viré (152 rue de la Ville)
10h15 comptage des nids d’hirondelles sur la commune – Renseignements à la médiathèque, au 05 65 30 58 47

” Les hirondelles et les martinets sont des oiseaux qui chassent les insectes volants. 4 espèces d’hirondelles et 2 espèces de martinets sont visibles dans le Lot, mais connaissez les différences profondes qui, malgré les apparences, séparent hirondelles et martinets? C’est une des choses que vous apprendrez au cours de la matinée qui est consacrée à ces oiseaux, à Luzech, le 21 juillet prochain. Invitation est aussi donnée à toutes celles et ceux qui souhaitent faire un exercice grandeur nature de science participative: nous irons ensemble dénombrer les couples nicheurs d’hirondelles de fenêtres dans les rues de la cité. Car certaines hirondelles voient leurs populations régresser depuis des décennies: diminution de 39% de 1989 à nos jours pour l’Hirondelle de fenêtre, et de 42% pour l’Hirondelle rustique sur la même période. Ces diminutions sont probablement le fait de divers facteurs: baisse des quantités d’insectes volants, difficultés nouvelles sur les zones d’hivernage, modification des paysages agricoles et perte de sites de nidification. Venez nous aider à en savoir plus localement sur les hirondelles de Luzech!”

7 commentaires pour “Luzech: Conférence sur les hirondelles et martinets

  1. Jpq
    dimanche, 15 juillet 2018 à 22:54

    Cette année, nous avons des petits oiseaux. Quelle chance !!!
    Merci à ceux qui ont enfin limité la population des corbeaux et pies.
    Il faut dire que le classement en espèces protégées des corbeaux, pies et buses à été une catastrophe pour les petits animaux qui ont déserté les bois depuis plusieurs années en se réfugiant près des habitations. Mais, sous la pression des prédateurs de plus en plus nombreux ils avaient fini par disparaître !!! En même temps, les cultures et plantes sauvages ont été infestées par les insectes. Obligeant au traitement par pesticides… Il est préférable de voir des oiseaux nettoyer les buis de leurs larves de pyrales plutôt que voir les humains sulfater!!!
    Quand l’homme arrogant se croit supérieur à la nature, il fait une lourde faute.

    • depasse claudine
      mardi, 17 juillet 2018 à 06:27

      Info en direction de jpq. Sachez que les corbeaux et les pies ne sont pas des oiseaux classés, il est interdit de tirer dans les nids au moment de la reproduction. Par ailleurs ces oiseaux ne se nourrissent que de charognes, ce sont des espèces très intelligentes. Les éliminer est une erreur. Quant aux buses, ce sont des rapaces strictement protégés par la législation française et par la Directive européenne “Oiseaux” et “Habitats”; elles se nourrissent essentiellement de petits rongeurs, de vers de terre. Dans les deux cas ces oiseaux ne représentent aucun danger pour les passereaux contrairement à l’Epervier d’Europe qui lui se nourrit de passereaux, bien souvent en état de faiblesse. Il faut cesser d”éliminer des espèces sans savoir.

  2. jean pierre j
    lundi, 16 juillet 2018 à 10:00

    Bravo à la LPO pour cette initiative pratique qui permettra de plus de rectifier certaines idées reçues, voire fausses.

    Extrait d’une tribune récente dans le Monde de professeurs du Muséum face aux propositions , depuis rectifiées, d’un Ministère de l’Education Nationale concernant l’enseignement de l’histoire naturelle

    “La méthode de l’histoire naturelle est rationnelle et scientifique. Basée sur l’observation et l’expérimentation, elle apprend à écarter tout dogmatisme et à étudier et respecter les faits. Actuellement, la montée de scepticismes, voire de négationnismes, sur les avancées scientifiques est une source d’inquiétude. Les doutes se multiplient par exemple sur la sécurité des aliments ou les vaccins.

    Au-delà des aspects techniques, des résultats fondamentaux de la science se trouvent contestés, comme les dérèglements liés au réchauffement climatique, ou l’évolution biologique. Dans ces dossiers, le doute cesse d’être au service d’une méthode critique pour devenir un rejet systématique, entraînant des visions simplistes, voire complotistes.”

  3. Mediath46140
    mardi, 17 juillet 2018 à 12:00

    Rendez-vous samedi matin, à 9h30 à la salle de conférence du Musée Armand Viré, pour écouter Marc Esslinger sur les hirondelles et martinets… les corvidés feront peut-être l’objet d’une autre conférence, nous verrons !

  4. Eloi
    mardi, 17 juillet 2018 à 22:31

    un oiseau

    • Marie Therese
      mercredi, 18 juillet 2018 à 22:34

      Cette tres belle photo d’ Eloi, me rappelle ce si joli poème sur l’oiseau de Jacques Prevert, même délicatesse…
      Peindre d’abord une cage
      avec une porte ouverte
      peindre ensuite
      quelque chose de joli
      quelque chose de simple
      quelque chose de beau
      quelque chose d’utile
      pour l’oiseau
      placer ensuite la toile contre un arbre
      dans un jardin
      dans un bois
      ou dans une forêt
      se cacher derrière l’arbre
      sans rien dire
      sans bouger …
      Parfois l’oiseau arrive vite
      mais il peut aussi bien mettre de longues années
      avant de se décider
      Ne pas se décourager
      attendre
      attendre s’il le faut pendant des années
      la vitesse ou la lenteur de l’arrivée de l’oiseau
      n’ayant aucun rapport
      avec la réussite du tableau
      Quand l’oiseau arrive
      s’il arrive
      observer le plus profond silence
      attendre que l’oiseau entre dans la cage
      et quand il est entré
      fermer doucement la porte avec le pinceau
      puis
      effacer un à un tous les barreaux
      en ayant soin de ne toucher aucune des plumes de l’oiseau
      Faire ensuite le portrait de l’arbre
      en choisissant la plus belle de ses branches
      pour l’oiseau
      peindre aussi le vert feuillage et la fraîcheur du vent
      la poussière du soleil
      et le bruit des bêtes de l’herbe dans la chaleur de l’été
      et puis attendre que l’oiseau se décide à chanter
      Si l’oiseau ne chante pas
      c’est mauvais signe
      signe que le tableau est mauvais
      mais s’il chante c’est bon signe
      signe que vous pouvez signer
      Alors vous arrachez tout doucement
      une des plumes de l’oiseau
      et vous écrivez votre nom dans un coin du tableau..

  5. Sylvie
    mercredi, 18 juillet 2018 à 09:49

    Merci pour la bonne nouvelle concernant les petits oiseaux !… On entend tellement de personnes se lamenter qu’elles n’entendent plus de gazouillis autour d’elles, même dans notre campagne….

    Est ce que la médiathèque de Luzech prévoit d’enregistrer cette conférence ?…. Elle pourrait créer un second événement autour de cette présentation en diffusant largement son contenu audio….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.