Deux fermes ovines innovantes du Lot prises en exemple pour un projet européen

.L’innovation n’est pas réservée qu’à l’industrie. Dans le Lot, l’agriculture et plus spécifiquement la filière ovine font école. Des délégations européennes ont visité ce mardi deux fermes ovines situées à Gréalou et à Lauzès.

Une centaine de scientifiques, de techniciens et d’éleveurs venus de toute l’Europe (Irlande, Italie, Roumanie, Espagne, Royaume-Uni) et de Turquie avaient rendez-vous ce mardi matin dans le Lot. L’institut national de l’élevage avait en effet choisi le département pour organiser l’une des journées de clôture du projet SheepNet lancé depuis trois ans. Deux visites de fermes ovines innovantes étaient prévues en matinée à Gréalou et à Lauzès.

« Ce projet est de créer un réseau entre les pays européens et de mettre en commun les connaissances et les pratiques, les trucs et astuces et les bonnes idées de chacun » a expliqué Emmanuelle Caramelle-Holtz de l’institut de l’élevage, présente à Gréalou dans le Figeacois.

Un partage d’expériences et de savoir-faire

Un des deux groupes accueillis a en effet découvert la ferme de la Remise gérée en GAEC par Frédéric Lacroix. L’éleveur a longuement présenté son exploitation qu’il gère avec son associée Sylvie. « Nous trayons des brebis depuis 1973 ici, c’était mes parents qui trayaient avant. Je me suis installé en 2009, Sylvie en 2005. Nous avons 700 brebis en tout, 620 sont prévues pour la traite » a indiqué l’agriculteur qui produit entre 180 000 et 200 000 litres de lait par an, essentiellement pour la fabrication de yaourts, de fromage et même de glaces. L’agnelage, la reproduction, l’alimentation, les parcours des animaux en extérieur mais aussi la mortalité, Frédéric Lacroix a expliqué dans le détail le fonctionnement de son élevage et donné quelques clés de son savoir-faire.

Dans le même temps, une autre partie de la délégation européenne a découvert l’élevage ovin et caprin des Cabanes situé à Lauzès sur le causse central au cœur du Lot. La centaine de participants se sont ensuite retrouvés l’après-midi au Grand couvent de Gramat pour un séminaire bilan des trois années de recherche. Le projet SheepNet vise à lancer une plateforme pérenne d’échanges scientifiques et techniques mais aussi et surtout des bonnes pratiques d’élevage et d’innovations pertinentes issues du terrain, sur le thème de la productivité numérique ovine (viande et lait).

Ce mercredi marque le dernier jour de ce grand projet avec deux étapes prévues en Haute-Vienne à la ferme expérimentale ovine du Mourier et au salon Tech Ovin à Bellac.

Audrey Lecomte

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.