Gourdon l’atelier de bobinage de Léon Capy ferme

Après trente-neuf ans d’activité, Michelle et Léon Capy ont décidé de prendre une retraite bien méritée. Aujourd’hui, faute de repreneur immédiat, le rideau va se refermer.

La Dépêche les a rencontrés dans leur atelier route de Sarlat.

Quel a été votre parcours professionnel ?

J’ai créé ma petite entreprise en 1979 dans un bâtiment route de Sarlat que possédait André Cabrier pour l’entretien de ses véhicules. Auparavant, après avoir obtenu un baccalauréat électrotechnique, j’ai travaillé comme apprenti chez Jacques Garcia avenu Gambetta — l’atelier aujourd’hui n’existe plus — puis à la Maec à Cahors.

Quelle aura été votre activité jusqu’à ce 1er janvier ?

Avec mon collaborateur Claude Delmas, nous assurions la réparation et l’entretien des moteurs électriques, nous refaisions les câblages et les bobinages, mais aussi l’électricité des automobiles, camions et tracteurs agricoles. Notre activité se portait aussi sur le conseil et la vente de petits outillages électriques. Nous avons assuré aussi l’entretien électrique d’entreprises comme la Laiterie du Vigan. Mon épouse Michelle me secondait dans le domaine administratif. Grâce au professionnalisme de mon employé et de mon épouse, j’ai pu mener à bien mon activité jusqu’à l’âge de la retraite.

Aujourd’hui, faute de repreneur immédiat, le rideau va donc se refermer. Je profite de l’occasion pour remercier Michelle et Claude, ainsi que tous les clients qui m’ont fait confiance tout au long de ma vie professionnelle.

Demain la retraite. Vous n’allez pas vous ennuyer ?

Non, car j’ai beaucoup d’activité à accomplir : bricolage, voyages, et le sport, je suis passionné de foot, je joue en vétéran au Bouriane Football Club. Donc dès maintenant pour mon épouse et moi-même, une page de notre vie se tourne…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.