Huguette Tiegna présente le plan “Place au soleil”

Le groupe de travail ministériel « photovoltaïque », lancé en avril dernier par Sébastien Lecornu, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, a rendu ses conclusions ce jeudi 28 juin. A ce titre un large travail a été effectué, des compromis réalisés et des conclusions retenues en faveur de la transition écologique et énergétique. « Je salue à la fois la méthode employée et la qualité des échanges que nous avons pu avoir. Au terme de plusieurs mois de travail, nous avons trouvé des solutions issues d’un consensus pour favoriser le développement de l’énergie solaire en France et atteindre les objectifs que la France s’est fixée. La démarche « Place au soleil » lancée par M. Lecornu permettra de mobiliser l’ensemble des acteurs concernés afin de lever les principaux obstacles entravant le développement du photovoltaïque, et plus généralement des énergies renouvelables en France. C’est une avancée majeure » a déclaré Huguette Tiegna, députée du Lot, et membre du groupe de travail. A l’occasion de cette réunion conclusive, Sébastien Lecornu a présenté le plan solaire du gouvernement et la mobilisation « place au soleil ». Concrètement, le gouvernement a ajouté 1 gigawatt au volume des appels d’offres (désormais 2,45 gigawatts par an) pour soutenir le développement de l’énergie issue du solaire. Parallèlement, le gouvernement a convaincu de nombreux acteurs disposant de fonciers, de la grande distribution à la SNCF en passant par l’armée, de s’engager volontairement pour la mise en place de panneaux solaires sur leurs terrains. « Le solaire est la plus belle des promesses. Je salue l’action du groupe de travail ainsi que l’engagement des acteurs engagés volontairement dans la lutte contre le réchauffement climatique. Ils ont fait le bon choix ! D’abord parce que le photovoltaïque, comme le solaire thermique avec les chauffe-eau, est populaire. C’est aussi une énergie renouvelable très compétitive. Le coût n’a cessé de baisser. Désormais à 55 euros /MWh, c’est très proche du prix du marché » a conclu la parlementaire.

Medialot


Avec son plan “Place au soleil”, présenté jeudi 28 juin, le gouvernement veut promouvoir l’énergie photovoltaïque en France pour porter le taux d’énergies renouvelables à 32% en 2030, contre 22% aujourd’hui, révèle franceinfo. Pour y parvenir, différentes mesures très concrètes sont prévues afin d’encourager la conversion des particuliers, des entreprises ou des agriculteurs.

Dès 2019, le gouvernement va augmenter la prime à l’achat d’un chauffage ou d’un chauffe-eau solaire par les Français. Près de 30 000 ménages en étaient pourvus fin 2017. L’État va également simplifier les démarches des supermarchés qui s’engagent à installer des panneaux solaires sur leurs parkings et sur leurs toits. La mesure concerne pour l’instant une centaine de magasins par enseigne. Les écoquartiers sont inclus dans le dispositif.

Le cas des exploitations agricoles

Le plan solaire concerne aussi les agriculteurs qui installeront des panneaux solaires à la fois pour leur propre consommation et pour vendre ensuite de l’électricité. L’État prendra en charge 40% du prix du raccordement au réseau. L’énergie solaire ainsi produite peut leur apporter jusqu’à 15 000 euros de revenus en plus par année. Actuellement, Les exploitations agricoles accueillent 13% des installations photovoltaïques et 3% en solaire thermique. Au total, près de 15 000 installations agricoles sont déjà impliquées dans le développement du solaire photovoltaïque.

L’armée s’engage pour le photovoltaïque

L’armée a également décidé de céder des terrains pour différents projets photovoltaïques à l’horizon 2025. Le ministère des Armées s’engage à mobiliser plus de 2 000 hectares à l’horizon 2025.

Enfin, des labels “Ville solaire” et “Département solaire” vont être créés afin de valoriser l’engagement des collectivités locales dans le déploiement de l’énergie solaire. Il s’agit d’engager 100 villes à atteindre, d’ici 2020, des objectifs de développement solaire comprenant notamment un nombre minimum de panneaux solaire par habitant ou la mise en place d’un “cadastre solaire” permettant à tous les citoyens du territoire de connaître le potentiel photovoltaïque de leur logement ou bâtiment.

France Info

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.