La Mécanic vallée a du mal à recruter du personnel qualifié

mecanic valléeLa Mécanic vallée a du mal à recruter du personnel qualifié malgré son développement. Face à ce constat, les entreprises ont rencontré jeudi dernier le ministre de l’économie Emmanuel Macron et la présidente de région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée Carole Delga, conviés par le président du Grand Figeac Martin Malvy pour une réunion à huis clos. L’occasion de découvrir le projet PERFORM (PartEnaRiat FORmation Mécanic Vallée) et d’engager les collectivités dans l’accompagnement. Présentes au tour de table, les entreprises Figeac Aero, Forest-Liné et Chassint peinture sont à l’origine du projet, porté par la CFAI (Centre de Formation des Apprentis de l’Industrie) Midi-Pyrénées et soutenu par Ratier Figeac, Robert Bosch, et Aerofonctions. L’objectif est la création d’un centre de formation technique innovant sur le territoire de la Mécanic Vallée, afin de mutualiser les moyens de formation mis en œuvre par les entreprises.

 Ce centre permettra de former à proximité, en fonction des besoins de recrutement, avec la montée de compétence prévue par l’Usine du Futur notamment (voir notre édition du 7 juillet). Ainsi le centre devrait à la fois promouvoir les métiers de l’industrie auprès des jeunes, via l’apprentissage, mais aussi favoriser la reconversion des demandeurs d’emploi sur le territoire. Il devrait être financé à 43 % par les entreprises, 7 % par la région, et 50 % par l’État à travers le Programme Investissement Avenir (PIA). Ce dernier point, et donc la viabilité du projet, sera confirmé par l’expertise d’un jury indépendant, qui indiquera courant septembre les meilleurs projets à financer pour ce PIA. Martin Malvy reste confiant à ce sujet : «La Mécanic Vallée est un écosystème tout à fait exceptionnel dans le paysage industriel français. Nous voulons apporter, avec les entreprises, les meilleures conditions à la consistance de ce dossier, afin qu’il soit le plus précis et le plus convaincant possible».

Un projet sous-jacent

Hervé Danton, animateur délégué de la Mécanic Vallée qui représente 150 entreprises adhérentes concernées par le projet, explique : «Un groupe de travail penche depuis plusieurs années sur le sujet. Nos compétences, nos moyens et nos connaissances sont mis en commun au service de la mise en place d’un centre de formation. L’essentiel c’est de former des gens en associant tout le monde, faire en sorte que l’on travaille en collectif». Ainsi la formation initiale sera développée en partenariat étroit avec l’éducation nationale, pour le reste les partenaires engageront leurs compétences. «Si on peut motiver des jeunes et reconvertir des gens au chômage, je pense que c’est un moyen intelligent de recycler l’argent public».

Le Grand Figeac pour sa part soutient activement le projet. Pour Vincent Labarthe, vice-président en charge de l’économie : «Dans la limite de nos compétences, il est important que nous puissions aider le projet. Cela se fera en fonction de son implantation bien sûr. Mais quoi qu’il arrive nous resterons partenaire du dossier, dans la recherche de financements notamment».


Des objectifs précis

Le projet PERFORM s’articule autour de 7 actions : la création d’un pôle formation, son équipement par des infrastructures et matériels innovants et performants, l’identification des entreprises en compétences et formations liées aux évolutions métiers et à l’Usine du Futur, dans cette suite logique le développement de nouveaux parcours de formations, la formation des experts métiers à l’enseignement de leur savoir-faire, la création d’un centre d’hébergement, et la création d’un parcours «découverte».

La Dépêche

.

Qu’est-ce que la Mécanic Vallée?

 

1 commentaire pour “La Mécanic vallée a du mal à recruter du personnel qualifié

  1. jevouslis
    mercredi, 9 janvier 2019 à 23:09

    L’usine du futur, l’entreprise du futur sera ce que nous en ferons:

Les commentaires sont fermés