Effectifs trop élevés dans les écoles et les maternelles

La rentrée ne se fait pas sans heurts dans le Lot. Entre des effectifs trop élevés et une réforme encore floue, la Fédération syndicale unitaire (FSU) tape du poing.

La question est la même ici qu’ailleurs en France : où sont passés les professeurs ? Tandis que les écoliers ont repris en début de semaine le chemin des salles de cours, la rentrée de leurs professeurs se fait dans un profond mal-être. «On manque de moyens», déplore Benoît Debals, secrétaire départemental de la Fédération syndicale unitaire (FSU), qui constate une «désaffection du métier, en relation avec des salaires non revalorisés».

À chaque rentrée, c’est le même bras de fer : les effectifs d’élèves sont trop élevés par rapport à ceux des professeurs. «Dans l’idéal, il ne faut pas plus de 25 élèves par classe», précise Benoît Debals. Or, à titre d’exemple, la maternelle de Montcuq compte 60 à 70 élèves pour deux classes. «La carte scolaire de l’an dernier prévoyait zéro suppression et zéro création (de poste) pour cette année. Donc, si on veut en ouvrir un dans une classe trop chargée, on est obligé d’en fermer un dans une autre classe». Dans certaines écoles – Béduer, Salviac, Frayssinet-le-Gélat, Soturac, Montcuq, Brengues – des postes ont été créés mais pour un an seulement, sans certitude aucune pour la suite. Un pansement qui ne satisfait pas le syndicat.

Dans les collèges et lycées, les mêmes problèmes d’effectifs se posent. «La moyenne départementale ne veut rien dire», affirme Florence Cabrit, secrétaire départementale. «À Champollion (à Figeac), ils sont 36 par classe. Quant à Cajarc, Gramat et Lacapelle, ils n’ont pas obtenu l’ouverture d’une classe pour laquelle ils s’étaient battus.» Les inquiétudes des professeurs portent également sur la réforme des lycées. Comment préparer les élèves ? Quelle pérennité pour les enseignements spécialisés ? Que vont devenir les lycées de périphérie ? Quelle sera la valeur du futur baccalauréat ? Autant d’interrogations laissées pour l’heure sans réponses.


Le spleen des profs principaux

Les candidats aux postes de professeurs principaux se font toujours plus rares. «C’est de plus en plus difficile. On demande aux professeurs principaux d’être multitâches : prof, conseiller d’orientation, assistant social», souligne Anne-Marie Bonhomme de la FNSU. «C’est stressant et chronophage».

Caroline Peyronel La Dépêche

 

3 commentaires pour “Effectifs trop élevés dans les écoles et les maternelles

  1. Marie Thérèse
    samedi, 7 septembre 2019 à 12:17

    ” j’ai 3 ans1/2, je suis rentré à l’école pour la première fois lundi… Papa et maman m’avaient acheté un super cartable, plein de couleurs, j’étais drôlement content, mon petit frère est resté chez la nounou. Normal! l’école, c’est pour les grands!
    Papa et maman m’ont accompagné, la maîtresse était très gentille, jusque là, tout allait bien, lorsque je suis entré dans la classe, il y avait plein d’enfants qui criaient, pleuraient, se roulaient par terre, hurlaient:” Maman!!”,une grosse boule est arrivée dans ma gorge, je me suis jeté sur maman, je m”accrochais à sa robe, je ne voulais pas qu’elle parte, j’étais en pleurs. Une dame est venue, elle m’a pris par la main en me parlant gentiment , maman est partie avec papa, elle aussi était triste. Ensuite, je n’ai plus rien entendu, ni les cris , ni les pleurs. J’étais seul devant un jeu de construction. Avec les cubes, j’ai construit ma maison, j’ai mis mon papa, ma maman et mon petit frère à l’intérieur et moi j’étais parti… Il ne me reste plus qu’à construire l’école.

  2. Mireille
    dimanche, 8 septembre 2019 à 08:30

    Très joli

  3. jevouslis
    dimanche, 8 septembre 2019 à 09:50

    Si les petits enfants pouvaient manifester!!
    Ils construisent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.