La société Soben de Cahors a conçu un robot

.

Les cinq salariés de la société Soben, dans le village artisanal de Regourd à Cahors, ont passé six mois à développer la partie mécanique et électronique de «Sidene». Un prototype de ce robot autonome, doté d’une intelligence artificielle (IA), arpente depuis mars 2019 les rues du centre-ville de Toulouse en compagnie d’une dizaine de techniciens du groupe Enedis (ex-ERDF). Fonctionnant avec une batterie et quatre moteurs électriques, il contribue ainsi à entretenir le réseau de la ville rose.

«Le robot accompagne notre technicien et transporte son matériel. Pour en prendre le contrôle, il suffit de se placer devant et d’appuyer sur un bouton. Sidene identifie alors la silhouette qu’il doit suivre», précise Tony Marchand, responsable de l’innovation et de la mobilité électrique chez Enedis Midi-Pyrénées. Le groupe perçoit actuellement un gain de temps sur deux dimensions principales : ne plus avoir à se garer dans l’hypercentre d’une grande ville, puis se consacrer davantage aux discussions avec les clients.

Maintenance assurée à Cahors

Des mises à jour sont assurées si besoin et le robot retourne dans son laboratoire à Cahors. «Le défi était de concevoir un véhicule 100 % suspendu, assez souple pour se déplacer mais aussi rigide pour ne pas tomber», explique le président de Soben, Benjamin Talon. Son frère Vincent dirige la société qui a conçu l’IA du robot (lire encadré). «Sidene» est donc un produit sur-mesure, conçu en partenariat avec les techniciens d’Enedis. Si le test est satisfaisant, ils souhaitent étendre son utilisation en France. «Le besoin est facile à percevoir dans les grandes agglomérations», exprime Tony Marchand, qui n’écarte pas le développer dans près de 200 autres villes. Avant cela, reste à s’adapter à ce nouvel ami. Car comme le dit Tony Marchand, «être suivi par un robot, ce n’est pas naturel».


Innovation

Le chiffre : 2

millions > d’euros. Le coût de «Sidene» pour la société Soben. La région Occitanie lui a fourni 700 000 €.


Son intelligence développée à Lyon

Si l’assemblage du robot s’est bien déroulé dans le laboratoire de la société Soben à Cahors, l’intelligence artificielle qui lui permet de se déplacer a été développée par la société Andarta Robotics, dirigée par Vincent Talon et basée à Brignais près de Lyon (Rhône). Les frères Benjamin et Vincent Talon ont d’ailleurs uni leurs forces et leurs sociétés respectives autour du projet «TwinswHeel». Ils peuvent ainsi construire d’autres chariots robots autonomes capables de porter de lourdes charges comme «Sidene».

Mathieu Delaunay La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.