Une première à l’hôpital de Gourdon

L’hôpital vient d’acquérir un automate d’analyse biochimique le XT 3400, il en est le premier acquéreur au monde!

Avantages pour le laboratoire
  • Réduction de la taille de l’échantillon prélevé sur le patient, seulement 2,7 μL
  • Détection d’interférence améliorée
  • Prise en charge de 90% des tests de laboratoires typiques avec un encombrement réduit
  • Fiabilité accrue, nécessitant un étalonnage tous les six mois ou en cas de changement de lot

En savoir plus

9 commentaires pour “Une première à l’hôpital de Gourdon

  1. quentin
    lundi, 6 janvier 2020 à 14:17

    à mourrir de rire !

    c’est le désert médical -pas moyen de trouver un généraliste lorsqu’il part à la retraite, voire lorsqu’on vient récemment à Gourdon- et on s’équipe de chose peut-être utile, mais pas indispensable !

    Faudrait revoir les urgences.

    • ELUE LOTOISE
      lundi, 6 janvier 2020 à 20:24

      Bonjour!
      Cet achat peut paraître ambitieux…pénurie de généralistes certes …mais il faut savoir que les jeunes praticiens et les moins jeunes sont avides de nouvelles technologies qui facilitent leurs pratiques. C’est, à mon avis, un atout et un attrait supplémentaires pour la population du territoire .
      Cette unicité a le mérite d’interpeller et ainsi de faire connaitre notre hôpital de proximité auquel nous sommes très attachés.

  2. vendredi, 10 janvier 2020 à 05:53

    IL y a c’est vrai un manque de médecin dans notre territoire mais est-ce pour cela que la modernité ne doit pas venir a nous? il faut faire bouger les choses et toutes les nouvelles technologies sont bonnes a prendre pour l’attractivité. Un jour peut-être un jeune médecin trouvera sympa l’idée de venir ici et d’avoir une technologie qui l’aide a accomplir son travail. Beaucoup disent: rien ne bouge! et quand ca bouge beaucoup disent: c’est pas indispensable! cherchez l’erreur.
    Encore bonne année a tous les acteurs qui font de ce blog ce qu’il est.

    • laure pralin
      samedi, 11 janvier 2020 à 10:02

      bonjour
      je partage tout à fait votre point de vue
      Manureva

  3. Sylvie
    samedi, 11 janvier 2020 à 08:47

    L’information circule que beaucoup de médecins étrangers (Europe de l’Est etc…) qui avaient accepté de venir s’installer dans le Lot quittent finalement le territoire, ils ne veulent pas rester. Il faudrait pouvoir enquêter sur cette question…. où est le problème exactement ?… pourquoi l’accueil n’est pas satisfaisant ?…

    • SYLVETTE
      samedi, 11 janvier 2020 à 14:23

      Bonjour Sylvie! il n’y a pas un problème mais des problèmes à mon avis et l’on pourrait s’interroger sur la motivation première du souhait de leur installation en France. Sont-ils suffisamment préparés par les cabinets recruteurs qui vont les prospecter dans leur pays, leur laissant croire que la France est l’eldorado? Car les médecins des pays de l’Est ne sont pas si mal payés au regard du niveau de vie.
      La première question qui émerge lors d’un recrutement est: quel volume potentiel de patientèle puis je espérer? puis combien vais-je gagner? quelles aides vont m’être accordées: gratuité de loyers, achat de matériel, emploi du conjoint lorsqu’il veut bien suivre, ce qui n’est pas souvent le cas…A quelles exonérations fiscales puis-je prétendre? Que va me verser la CPAM, l’ARS?… Puis vient le temps des comparaisons et de la mise en concurrence des collectivités( mairies, communautés de communes…). Bref les enchères et si par bonheur vous réussissez à convaincre un médecin, vient la période d’accompagnement qui n’est pas de tout repos et la confrontation du quotidien du médecin tiraillé entre ses patients, les tâches administratives et les organismes (CPAM, ARS,URSSAF,CARMF). De nombreux médecins étrangers exercent en tant que salariés dans leur pays et ne connaissent pas l’exercice du libéral.
      Pour l’avoir expérimenté sur notre commune, je peux certifier que ce n’est ni l’accueil, ni les patients qui les persuadent de repartir mais un “mal du pays”, une déception profonde ! Nous l’avons constaté sur Le Vigan et sur d’autres communes avoisinantes.

      • jevouslis
        samedi, 11 janvier 2020 à 16:04

        Merci Sylvette, le blog des bourians vous est reconnaissant

  4. SYLVETTE
    samedi, 11 janvier 2020 à 16:42

    Ce n’est que le témoignage de ce que nous avons vécu…merci au blog des bourians pour tous ces partages et ces informations qui nous permettent d’échanger .Bonne et heureuse année s’il est encore temps!

  5. Sylvie
    lundi, 13 janvier 2020 à 09:21

    Oui, merci à Sylvette pour cet éclairage….
    Mais alors, quelles autres solutions seraient plus adaptées ?….. Avez vous des pistes de réflexion ?….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.