Aménagement du tour de ville de Gourdon. Cabanes ne lâche pas.

La Vie Quercynoise interview Philippe Cabanès président de l’association « Ne touchez pas à nos platanes »

Quelle a été votre surprise en apprenant l’abattage des platanes ?

Philippe Cabanès : Ce fut plus qu’une grande surprise surtout quand on annonce dans la presse la veille, la décision prise par le juge d’une procédure tout à fait légale l’arrêt total des travaux pour « jugement au fond ». Quel a été notre stupeur de découvrir à 6 h du matin le bruit des tronçonneuses.

Averti par les riverains, j’ai d’abord pensé qu’ils abattaient les arbres malades désignés par le rapport phytosanitaire. Je me suis rendu sur place et j’ai constaté l’entreprise de la Pépinières viganaises, mandatée par la commune, qu’ils abattaient, dix-sept arbres dont dix platanes.

 

Comment qualifiez-vous cette décision d’abattre les platanes ?

Philippe Cabanès : Les choses comme annoncé ont été faites dans la « légalité », moi je pense qu’elles ont été faites dans l’« illégalité ». Au-delà de la population qui est sous le choc, les avocats et les juristes sont abasourdis par cette décision qui a été prise dans des conditions que je précise. À 5 h du matin, la CCQB, par un nouvel arrêté en date du 6 décembre, a eu l’autorisation de l’abattage des arbres. Simultanément à 6 h du matin, l’arrêté était affiché par la mairie et l’entreprise entame l’abattage des arbres. Des conditions légales ? C’est pour le moins curieux…

Au-delà de cet acte, je dois préciser que beaucoup de monde de Gourdon dit que c’est un acte sournois, de lâcheté. Chacun a le droit de penser au bien-fondé ou pas de ce projet. Avec notre association, nous nous sommes battus exclusivement pour le maintien des platanes. Bien évidemment nous avons toujours été favorables à l’amélioration de la circulation, du réseau d’eau etc. Il y avait 4 projets, un seul a été pour, une majorité contre et c’est celui qui a été choisi, dont l’abattage des platanes. C’est là que nous avions pris la décision de monter l’association de défense des platanes où nous avons eu plus de 2 500 signatures contre l’abattage. Malgré cette procédure, elle a maintenu et persisté et nous arrivons au bouquet final en pleine nuit en catimini. C’est pour moi agir en position de lâcheté.

 

Comment va réagir l’association maintenant que les arbres sont abattus ?

Philippe Cabanès : Devant cette situation ubuesque, nous réfléchissons et prenons contact et conseil avec nos avocats. Il est bien évident que cette situation ne restera pas en l’état. Les arbres sont abattus, Gourdon est défiguré, mais nous irons jusqu’au bout de notre démarche. Nous irons jusqu’au respect du droit et le respect de la justice.

Nous avons obtenu satisfaction devant un juge, lequel a mis un arrêté, pour « jugement au fond ». Mme le maire conteste cet arrêté et au lieu de faire confiance à la justice, dans la plus grande illégalité et non pas dans la légalité en accord dit-elle, et ça c’est le bouquet, de ses avocats qui lui conseillent d’aller contre la justice en agissant ainsi. On n’a jamais vu cela et je pense que l’on ne peut pas laisser cette situation en l’état.

Olivier Ageorges La Vie Quercynoise

Gourdon: Projet Tour de ville, les 17 arbres ont été abattus

11 commentaires pour “Aménagement du tour de ville de Gourdon. Cabanes ne lâche pas.

  1. jean pierre j
    mercredi, 13 décembre 2017 à 17:05

    Madame la maire de Gourdon va peut être se faire disputer par Monsieur le Ministre de l’Education Jean Michel Blanquer, le ministre qui caresse les platanes. http://www.lejdd.fr/societe/education/jean-michel-blanquer-le-ministre-qui-caresse-les-platanes-3395870

  2. landes frederic
    vendredi, 15 décembre 2017 à 08:01

    je pense que les gourdonnais et les bourians, dans leur majorité silencieuse, celle qu’on ne défend jamais, en ont assez de toute cette polémique autour des platanes. Madame le maire a tout fait pour débloquer la situation et ne pas aggraver la situation financière de la commune en maintenant le cap du projet de tour de ville sud. les procédures diverses et variées suivent leur cours, il y a des rebondissements, et alors. avançons enfin pour que Gourdon se mette ne branle et s’adapte en tous points aux besoins d’aujourd’hui. répétons le encore, des trottoirs bien plus larges, une majorité des places de stationnement maintenue et un autre parking crée. un nouvel itinéraire piéton depuis le parking des pargueminiers proposé par un balisage de panneaux…… Personne ne relait jamais les choses positives alors je le fait. apres, il est certain que quelques facades et toits ont besoin d’un bon rajeunissement, que les loyers des commerces du tour de ville doivent être baissés pour permettre à plus de commerces en tous genres de s’installer et d’être viables. pourquoi pas aussi mettre en place une navette centre ville par exemple entre le pont de la gare et leader price, etc etc. Des choses à faire pour le centre de Gourdon, il y en a à faire c’est sûr, mais avançons pas à pas, et arrêtons de voir toujours le verre à moitié vide.

    • jean pierre j
      vendredi, 15 décembre 2017 à 20:28

      Gourdon est ( était ?) une belle petite ville où il fait bon flâner. Mes enfants aujourd’hui quadragénaires, la célébraient comme une personne, lorsque nous remontions vers le Nord dans les années 75 à la fin des vacances scolaires “Au revoir…..Gourdon,…. au revoir Gourdon,….au revoir…..”. Plus intense était le chant des retrouvailles à l’arrivée qui marquait la fin du long voyage. J’ai eu l’occasion de la faire découvrir souvent aux amis de passage dans le Lot, botanistes, jardiniers, dans sa parure d’arbres et de petits murs et jardins fleuris. Cette belle ville vient d’être gravement blessée, défigurée, comme une belle fille… Je ne comprends plus… Au moment où on restaure le moindre coeur de village, des églises anciennes, des murets pour accompagner les chemins… Sainte Bagnole reste toute puissante. Il ne fait pas bon de la défier…

      • Landes Frédéric
        samedi, 16 décembre 2017 à 08:50

        Quand on veut pas comprendre on veut pas comprendre, c’est incroyable!!!! Moins 30%de voitures vont être garées sur le secteur concerné sur le tour de ville et vous parlez de sainte bagnole, renseignez vous sur le projet!!! Et pour les murets et la diversité écologique, c’est justement ce qui va remplacer les platanes!!!!

        • jevouslis
          samedi, 16 décembre 2017 à 10:33

          à Frédéric Landes. Vous avez raison, il y a moins de voitures stationnées, mais j’ai été voir le résultat de l’abattage des arbres, les voitures sont beaucoup plus visibles, elles étaient un peu camouflées par les arbres. Je suis évidemment très critiqué dans mon rôle de modérateur, nous exigeons la bienveillance vis à vis des personnes ainsi que la conscience de notre propre subjectivité, il est des choses qui sont incontestables, par exemple: des arbres ont été abattus, il y a moins de places de parking, des erreurs sur ces sujets peuvent être relevées sans animosité ni sentiment de supériorité; il est des points de vue subjectifs, exemple on se sentira mieux ou moins bien sur le tour de ville après les travaux, on ne peut pas agresser les gens dont la subjectivité est différente de la sienne. On peut défendre son point de vue sans agresser les gens. Nous souhaitons que les lecteurs du Blog, lisent les commentaire, si on leur répète n fois la même chose, ils ne les liront plus. Vous critiquez ce “Jacques” qui ne serait pas modéré, en 2017 il n’a écrit qu’un commentaire, vous en avez écrit 10 dont 7 validés.

          • Landes Frédéric
            samedi, 16 décembre 2017 à 13:13

            Et pour la nième fois, il y aura moins de places, une fois les travaux achevés, ce sera des places différentes, des habitudes à changer… Évidemment en ce moment c’est un peu le bordel à cause des travaux en cours. Mon nombre important de messages correspond au fait que comme le dit Annie girardot dans la zizanie, …”l’opposition elle est majoritaire “. Et pour contrer cette tendance bien française, il faut parfois pousser un peu l’engagement et défendre son point de vue avec véhémence. J’espère que ca peut se comprendre. Ce blog est un des rares espaces d’expression sur la bouriane donc c’est vrai j en profite

        • puck
          samedi, 16 décembre 2017 à 12:50

          rien peut déplacer les platanes!

        • jean pierre j
          samedi, 16 décembre 2017 à 21:41

          Je ne veux pas lasser. J’ai compris que pour venir à Gourdon, je ne peux plus prendre depuis quelques années le train à St Denis Catus depuis longtemps; je dépends donc
          de ma sainte bagnole qui me joue parfois des tours. C’est pour cela que je la vénère.

          Je ne voulais plus en parler, mais comme vous invitez l’écologie sans la connaître, comme une majorité fort bavarde, je vous demande de faire une recherche sur internet: un de mes contemporains, Francis Hallé (voir Wikipedia) a écrit un petit livre à l’intention des élus qui coupent les arbres :

          http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/11/20/l-arbre-allie-de-taille_1605633_3244.html

          Et je termine en vous citant “Quand on veut pas comprendre on veut pas comprendre, c’est incroyable!!!!

  3. vendredi, 15 décembre 2017 à 10:24

    je souhaiterai que cette Association cesse de parler au nom de tous les gourdonnais.

    • jevouslis
      vendredi, 15 décembre 2017 à 12:19

      C’est curieux comme on n’arrive pas à comprendre que cette affaire d’abattage des arbres n’est pas seulement l’affaire des Gourdonnais. Gourdon ne pourra survivre que s’il exerce son rôle de capitale de la Bouriane. On oublie un peu trop les Bourians, Gourdon a besoin d’eux, Gourdon a besoin des touristes aussi…. Que Gourdon s’ouvre… et pas seulement dans les grandes surfaces.

  4. rossignol
    samedi, 16 décembre 2017 à 10:50

    Contre les bucherons de la forest de Gastine

    Elégie de Ronsard

    Quiconque aura premier la main embesongnée
    A te couper, forest, d’une dure congnée,
    Qu’il puisse s’enferrer de son propre baston,
    Et sente en l’estomac la faim d’Erisichton,
    Qui coupa de Cerés le Chesne venerable
    Et qui gourmand de tout, de tout insatiable,
    Les bœufs et les moutons de sa mère esgorgea,
    Puis pressé de la faim, soy-mesme se mangea :
    Ainsi puisse engloutir ses rentes et sa terre,
    Et se devore après par les dents de la guerre.

    Qu’il puisse pour vanger le sang de nos forests,
    Tousjours nouveaux emprunts sur nouveaux interests
    Devoir à l’usurier, et qu’en fin il consomme
    Tout son bien à payer la principale somme…
    Ronsard
    Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.