beau temps + le vent= allergie

Avec les beaux jours revient aussi le risque d’allergie aux pollens de graminées.Dans le Lot, département fortement impacté, le risque est très élevé.

Chaque année, les mêmes symptômes se répètent : yeux irrités, éternuements, toux sèche… Avec l’été, les allergies aux pollens reviennent, et notamment ceux des graminées, des espèces (essentiellement des herbes et céréales) particulièrement courantes dans le Sud-Ouest. Depuis dimanche, le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) a d’ailleurs placé le département du Lot en risque très élevé, aux côtés du Gers et du Tarn-et-Garonne.

«Le risque d’allergie au pollen de graminées a débuté mi-mai et vient d’atteindre son pic», explique Gilles Olivier, ingénieur en aérobiologie au RNSA. «Celui-ci va continuer deux ou trois semaines avant de décroître jusqu’à mi-juillet».

 

Une situation habituelle

Pour le scientifique, si le risque d’allergie est maximal, la situation n’a rien d’inhabituel : «Nous sommes dans la moyenne, mais c’est vrai que globalement, le nombre de personnes allergiques augmente chaque année».

Ce sont les conditions météorologiques qui sont à blâmer. «Le beau temps et le vent favorisent les allergies», assure-t-il. «À l’inverse, la pluie plaque le pollen au sol et diminue donc les risques».

À l’aide de capteurs, l’association mesure quotidiennement la concentration de pollen dans l’air. «Le pollen de graminées contient des allergènes très embêtants qui vont déclencher des réactions immunitaires», ajoute le chercheur. «D’autant plus qu’il suffit d’une petite quantité de pollen pour atteindre un risque maximal». En découlent des séries de rhinite, de conjonctivites, et même d’asthme pour les plus allergiques.

Les bons gestes

Pour lutter contre ces allergies, l’Agence régionale de santé (ARS) a également axé sa communication sur les bons gestes à suivre. Se rincer les cheveux le soir, aérer son habitat au moins 10 minutes par jour, éviter de faire sécher son linge à l’extérieur, limiter l’exposition à d’autres facteurs irritants ou allergisants tels que le tabac, les produits d’entretien, l’encens… autant de réflexes qu’il faut adopter quand vient la saison des allergies.

«Le but de la carte nationale d’alerte du RNSA1sur laquelle nous nous appuyons est d’inciter les gens à la vigilance», souligne Benoît Joseph, responsable du pôle prévention et gestion des alertes sanitaires dans le Lot. Lui invite même la population à «prendre le traitement (d’antihistaminiques) de manière préventive».

1. https ://www.pollens.fr/


L’ambroisie , une nouvelle menace

Après les graminées, l’ambroisie.

Si la période pollinique des premiers se termine en juillet, celle de l’ambroisie débute en août. Or, les pollens de l’ambroisie à feuille d’armoise sont particulièrement allergisants. Outre les rhinites et conjonctivites habituelles, ils peuvent également provoquer de l’urticaire ou de l’eczéma.

«C’est une espèce exotique envahissante qui est en train de s’implanter dans le sud de la France et notamment en Occitanie», explique Benoît Joseph de l’ARS. «Il faut absolument tenter de limiter son implantation car elle représente une menace pour la santé humaine.» Pour ce faire, des plans d’action sont actuellement élaborés en collaboration avec les préfectures. Dans le Lot, il devrait voir le jour en juin.

Une plateforme – signalement-ambroisie.fr – a également été créée sur internet pour recenser les zones infestées. «Il faut sensibiliser les gens à cette question», assure Benoit Joseph. L’ARS invite donc à arracher tout plant trouvé, de préférence avant qu’il n’ait fleuri.

Caroline Peyronel La Dépêche

/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.