Célébrer le dernier train de nuit à Gourdon

Dans la nuit de samedi à dimanche, du 2 au 3 septembre, aura lieu un événement que l’association «Tous ensemble pour les gares» (TEPLG) et la population gourdonnaise n’auraient jamais voulu connaître : à savoir le dernier train de nuit à Gourdon.

L’occasion pour l’association TEPLG de marquer cet évènement et son opposition par une manifestation symbolique. Elle convie tous ses adhérents et appelle les usagers de la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse, les élus, les habitants et tous ceux qui soutiennent le maintien du service ferroviaire dans les territoires ruraux à venir saluer le dernier train de nuit sur le quai de la gare de Gourdon.

Ce sera dimanche, très tôt le matin, à 0 h 40, que pour la dernière fois, le train de nuit s’arrêtera en gare de Gourdon.

TEPLG invite donc à un salut symbolique pour, déclarent les responsables de l’association «marquer les annales de la SNCF, la triste histoire du transport à Gourdon et pour fortifier la lutte en vue de récupérer ce bien public». Les participants sont attendus sur place à partir de 0 h 15.

3 commentaires pour “Célébrer le dernier train de nuit à Gourdon

  1. jevouslis
    lundi, 8 janvier 2018 à 15:54

    M. Aurélien Pradié attire l’attention de Mme la ministre, auprès du ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports, quant aux inquiétudes qui pèsent sur le maintien ou non des trains de nuit Paris-Toulouse et Paris-Rodez. La mise en œuvre de la feuille de route du Gouvernement pour un nouvel avenir des trains d’équilibre du territoire en date du 21 juillet 2016, précise que « ces lignes seront maintenues à raison d’un aller-retour quotidien ; leur matériel roulant sera modernisé, en vue d’assurer le niveau de confort attendu par les voyageurs ». Or aujourd’hui, depuis septembre 2017, les trains de nuit concernés dans la région Occitanie, ne circulent que de manière très aléatoire. En effet, force est de constater qu’en moyenne une dizaine de circulations tant en septembre qu’en octobre ont été supprimées. Nous disposons des états précis de circulation de la SNCF qui peuvent en attester. Pire, selon les informations, la SNCF envisagerait de le supprimer du lundi au vendredi jusqu’au 30 mars 2018, soit quatre mois et demi pour le moment. Cette situation apparaît totalement incompréhensible et pénalisante pour les usagers. Elle fragilise encore plus les résultats d’exploitation des très rares trains de nuit circulant sur le réseau ferré national et notamment ceux de la ligne POLT. Ajoutons que depuis juillet 2017, ce train Toulouse-Paris n’est plus accessible au départ de Toulouse pour les gares du Lot et notamment Cahors ; il l’est uniquement dans le sens Paris-Toulouse. Enfin, ce train ne dessert Gourdon et Souillac que le week-end, la desserte de Cahors étant assurée tous les jours. C’est incompréhensible, et ce d’autant que ce train stationne 45 minutes en gare de Brive pour le raccordement de la tranche venant de Rodez et de Figeac, il a donc largement le temps de desservir Gourdon et Souillac (3 voire 4 minutes par arrêt). Si, on ne peut que se réjouir que des travaux d’une certaine ampleur soient réalisés sur l’axe POLT, il ne faut pas oublier qu’il s’agit principalement d’opérations de remise à niveau de maintenance, sans doute trop longtemps différées par manque de crédits affectés pour les lignes classiques. Les voyageurs ne doivent pas subir une double sanction. Nous considérons lourdement pénalisant pour les usagers et les échanges économiques, la fermeture de la ligne POLT à tout trafic durant des sillons horaires de plusieurs en pleine journée, voire des périodes complètes de plusieurs jours à laquelle s’ajouterait à présent la suppression des trains de nuit en semaine. L’argumentation partagée par tous les spécialistes et connaisseurs du ferroviaire réside dans le fait que l’axe du POLT est constitué d’une double voie électrifiée, équipée du bloc automatique lumineux et d’installations permanentes à contre sens. Dans la plupart des cas, la circulation des trains pourrait s’effectuer selon le mode de voie unique temporaire (VUT) permettant les travaux sur l’autre voie ainsi restée libre de tout trafic. De cette manière la circulation serait possible. Sur ces sujets, force est de constater une véritable inquiétude voire exaspération des usagers. Il lui demande qu’au nom de l’égalité territoriale, de l’égalité de traitement des usagers et dans le cadre du maintien du service public préconisé dans le rapport Duron pour cette ligne POLT, des mesures urgentes et concrètes soient prises et assurées.
    http://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-3856QE.htm

  2. jevouslis
    dimanche, 3 septembre 2017 à 21:51

    entre 60 et 90 manifestants à minuit à la gare de Gourdon.
    De nombreuses associations de défense de ces trains de nuit se sont créées. Elles se réuniront le 5 octobre à Paris, de même que la CGT Cheminots. TEPLG (Tous ensemble pour les gares) s’y joindra.

  3. Sylvie
    vendredi, 1 septembre 2017 à 00:23

    Je vous invite à regarder comment débute la toute nouvelle vidéo promotionnelle du territoire Périgord/Dordogne à 10 km de Gourdon….
    Pourquoi les publicitaires et l’agence de tourisme de Dordogne ont fait un choix en totale contradiction avec ce qui en train (cas de le dire) de se passer dans le Lot ????…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.