“Tous Ensemble Pour Les Gares” veille sur nos trains

Ils sont vigilants les TEPLG, aucune décision de la SNCF ne leur échappe: Des inter-cités terminus Brive? non.

Nos inter-cités qui ne prendraient plus de voyageurs à Brive? non.

Des trains manquent à l’appel aux heures de reprise du travail. Georgette Laporte téléphone à leur communicant de l’Élysée et la SNCF corrige dans la semaine.

Une bonne nouvelle: On gagne un train de nuit supplémentaire à partir du 4 juillet.

Le Département du Lot et de la région Occitanie les soutiennent, et nous aussi les Lotois.

La présidente Georgette Laporte assure de la présence de TEPLG lors de tous les marchés de la ville, et annonce qu’elle se déplacera si nécessaire pour inscrire de nouveaux adhérents à leur domicile.

Pour contacter la présidente : 06 71 75 36 73.

2 commentaires pour ““Tous Ensemble Pour Les Gares” veille sur nos trains

  1. JOUVIN
    samedi, 27 juin 2020 à 04:51

    A fond pour soutenir cette démarche des trains dans notre ville, c’est primordial

  2. jevouslis
    lundi, 29 juin 2020 à 06:52

    onze sénatrices et sénateurs socialistes dont Angèle Préville, membres de la commission d’aménagement du territoire et du développement durable, ont signé une tribune parue sur le site des Echos le 17 juin : “Après plus de deux mois de confinement, les pertes de recettes pour la SNCF sont considérables, et atteignent déjà 4 milliards d’€. Malgré la reprise progressive du trafic dans les règles sanitaires, le train et les transports publics collectifs continuent de subir des pertes. Les ressources de la SNCF sont aussi considérablement réduites et plusieurs d’entre elles risquent de se tarir avec l’ouverture à la concurrence et la fin de certaines taxes. D’ici à la fin de l’année, les pertes pour la SNCF pourraient s’établir à près de 6 milliards d’€… Le déficit et la dette de la SNCF ne peuvent donc que s’aggraver, compromettant sa stratégie d’investissement au long cours. Nous demandons que l’État reprenne dès à présent, plutôt qu’en 2022, la 2e tranche de dette (10 milliards d’€) de SNCF Réseau comme il s’y était engagé en 2019 ; ceci afin d’en garantir l’effectivité.

    Pour nous, le rail générateur d’externalités positives (en termes de réduction d’émission de gaz à effet de serre, de désengorgement routier, de sécurité…) doit être un des éléments centraux d’un plan de relance car les chantiers à venir sont énormes…
    La Dépêche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.